Alain Juppé sur les antennes d’Europe 1 jeudi 17 septembre parle de sa dernière rencontre avec Jacques Chirac.
« Ce sont des instants qui marquent dans la vie d’un homme ».

Une amitié vieille de 40 ans

En effet, Alain Juppé revient sur son amitié de plus de 40 ans avec Jacques Chirac dans Mon Chirac, une amitié singulière. « Je l’ai connu en 1976 quand il était Premier ministre et je l’ai accompagné jusqu’en 2007 à la fin de son second mandat de président », confie l’ancien maire de Bordeaux sur d’Europe 1.

En politique, une « longue amitié singulière » n’est pas garanti pourtant cela a été le cas entre les deux hommes. Ce n’est pas évident « qu’un président et son Premier ministre se fassent confiance jusqu’au bout », reconnait Alain Juppé. Ce « jusqu’au bout » , franchis de la les limites politique, vu que l’ancien premier ministre a rendu visite à Jacques Chirac lors de ses « dernières heures ». « Nous étions en tête à tête et il ne parlait pas », se souvient Alain Juppé qui pendant ce « silence dense », a vu défiler dans sa tête « toutes ces décennies de travail en commun ».

Des « relations pas très expansives » entre Jacques Chirac et Alain Juppé

Alain Juppé plongé dans ses souvenirs conclu son ouvrage par un « vous me manquez » à l’attention de Jacques Chirac. « C’était une amitié qui n’était pas que politique mais aussi très personnelle. Je n’appartenais pas à son cercle intime, c’était un homme pudique. Nous avions des relations qui n’étaient pas très expansives mais il y avait cette confiance mutuelle qui nous a permis de faire des choses ensemble », dévoile l’ancien maire de Bordeaux sur Europe 1.

En effet, L’ancien premier ministre n’est pas à sa première confidence. Il l’avait déjà fait peu de temps après le décès de l’ancien président de la république sur le plateau de France 2. « J’ai de la peine. Beaucoup de peine. Jacques Chirac était, je ne sais pas trouver les mots, plus qu’un ami. Pas tout à fait un père. Mais un homme politique avec lequel j’ai entretenu pendant quarante ans une relation de confiance, de compréhension, de fidélité réciproque, qui, je crois, est assez unique dans la vie politique », avait-il précisé.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.