S’il est une chose dont Brigitte Macron a horreur, se serait d’être présentée comme une éminence grise, celle qui tire les ficelles, et influence dans l’ombre son mari. Mais cela n’empêche pas sa mobilisation à ses côtés. Elle a même brisé le silence dans un livre.

« Ne lui dites pas qu’elle se pique de diriger la France ou qu’elle tire les
ficelles dans l’ombre. Brigitte Macron ne veut pas être présentée comme une
éminence grise », était-il rapporté dans « Madame, la présidente » (Plon).
« Elle veut être utile et, en même temps, elle marche sur des
œufs », a confié Stéphane Bern.

Si la première dame se défend d’avoir de l’influence sur son mari, sa mobilisation à ses côtés demeure et n’a d’ailleurs pas manqué d’en dire un peu sur leur quotidien au Touquet, leur fief, dans « Les Macron du Touquet Élysée-plage », disponible en librairie le 11 juin.

Sollicitée par l’un des auteurs, Renaud Dély, a livré son avis sur cette ville particulière, perçue comme « miroir déformant ».
Et pour cause ! La côte de popularité du chef de l’État « a progressé dans cette ville de la Côte d’Opale de manière inversement proportionnelle à celle du président français dans les sondages ».
« Pour les habitants du Touquet, il est des leurs. Le Touquet vote majoritairement à droite », a fait savoir l’auteur.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.