Dieudonné a été condamné à verser 10 000 euros d’amende pour avoir tenu des propos racistes en juin 2017 dans le cadre de son spectacle Le Bal des quenelles. La condamnation a été prononcée ce jeudi 10 septembre et il compte faire appel.

Des blagues qui coûtent cher

Son spectacle « le bal des quenelles » avait fait grand bruit à l’époque. L’humoriste controversé Dieudonné vient d’ailleurs de répondre de ses actes devant la justice, une nouvelle fois. Après plusieurs semaines de procès, il a été condamné à verser 10 000 euros d’amende après des propos racistes dans ledit one-man-show.

Le parquet de Chartres a rendu son verdict aujourd’hui. Ce dernier fait référence au terme utilisé par Dieudonné dans le spectacle où il parlait du « gag des pyjamas de Cracovie ». C’était pour désigner les tenues portée par les déportés juifs à Auschwitz durant la Seconde Guerre mondiale. Les juges ont déclaré que ces propos étaient « injurieux à l’égard des Juifs victimes de l’Holocauste ».

Une décision contestée par Dieudonné

C’est pour toutes ces raisons que Dieudonné, banni de plusieurs plateformes notamment YouTube et Facebook, devra verser 8 000 euros aux deux associations qui s’étaient constituées partie civile. Il s’agit de l’association du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme ainsi que l’association Ben Gourion.

Le procès avait débuté le 22 juin dernier mais Dieudonné avait quitté la salle sous prétexte qu’il devait « enregistrer une émission quotidienne ». Il était évidemment contre ce procès et il trouvait « insultant, voire obscène, de venir déranger un tribunal pour parler de sketchs ». Déclarant ensuite qu’il aurait fallu « convoquer le personnage ».

De son côté, Maître Isabelle Coutant-Peyre, avait estimé la procédure « inopportune », jugeant que le spectacle ne se déroulait pas dans un lieu public mais privé. L’avocate de Dieudonné avait également contesté les propos incriminés. Elle a précisé jeudi à l’Agence France-Presse (AFP) qu’elle allait faire appel de cette condamnation.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.