Alors que la reine Elizabeth II est toujours confinée dans son domaine avec son époux le prince Philip, Meghan Markle vient encore de frapper.

Si on la croyait en fuite du Royaume-Uni à cause de la pression médiatique trop forte, il semble finalement, selon les magazines Public et The Sun, que l’épouse du prince Harry en veuille véritablement, non pas aux médias, mais à la famille royale. La duchesse de Sussex, même après s’être réfugiée en Californie avec son mari et son fils Archie, continue d’asséner des coups aux membres de la famille royale.

Et cette fois, l’ancienne comédienne les accuse de « ne pas l’avoir protégée lorsqu’elle était enceinte ». Meghan Markle aurait même porté ses accusations dans des documents de justice, préférant étaler le linge sale en public plutôt que de gérer les insuffisances en famille. Désormais, il semble que plus rien ne l’arrête et l’épouse du plus jeune fils du prince Charles a choisi d’asséner coup après coup.

Certains de ses amis auraient témoigné ne l’avoir jamais vu en si mauvais état. Et selon ces derniers, la duchesse a quitté la couronne d’Angleterre afin de « préserver sa santé mentale ». Chez les Windsor, elle se serait retrouvée dans un état de fragilité extrême, sans aucun soutient durant sa grossesse pour l’aider à surmonter cette période de la manière la moins pénible.

Selon Meghan Markle en effet, alors qu’elle était enceinte de son premier enfant, le petit Archie qui marche déjà dans les traces de ses parents et « a déposé » récemment une plainte contre un magazine people au Canada, elle avait été laissé seule et sans protection « par l’institution ». Une assertion soutenue par son conseil.

Les avocats de l’actrice affirment également que, dans cette situation, elle « n’avait pas le droit de se défendre par elle-même ». Des propos auxquels le Palais de Buckingham n’a pas tardé à répondre, alors que de hautes personnalités britanniques ont affirmé qu’il s’agissait de « bêtises inexactes », doublées d’ « affirmations ridicules », ou encore d’une « fiction exaspérante ».

« L’institution a tout fait pour l’aider », a indiqué une source proche de la reine Elisabeth II, qui a choisi de s’exprimer sous anonymat. Ce qui est certain, c’est qu’après avoir un temps joué la carte de l’apaisement, Meghan Markle semble résolue à ne laisser aucun répit aux Windsor, contre qui elle parait complètement déchainée.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.