Jacques Chirac est tombé amoureux d’une journaliste du figaro, après plus de 15 ans de mariage avec Bernadette. Une liaison dans l’ombre, qui a d’ailleurs bien failli éclater au grand jour.

La garçonnière du Premier ministre

Ce n’est un secret pour personne, Jacques Chirac était un séducteur invétéré. S’il n’a jamais divorcé de Bernadette, l’ancien président de la République a commis plusieurs écarts. Parmi les femmes qui ont compté pour lui, figure Jacqueline Chabridon. Journaliste au Figaro. Au milieu des années 70, Jacques Chirac, Premier ministre à l’époque, débute une idylle avec cette jeune femme âgée de 34 ans. Pour la côtoyer sans éveiller les soupçons, l’homme politique invite sa maîtresse lors de plusieurs de ses déplacements, n’hésitant pas à trouver des prétextes pour justifier sa présence.

Toutefois, après une escapade secrète à La Rochelle, les deux amants vont avoir une petite frayeur. Comme l’expliquent les auteures de Jacques & Jacqueline, Le Nouvel observateur, tiré à 45 000 exemplaires en moyenne, est sur le point de publier un long papier intitulé « La garçonnière du Premier ministre ». Dans ce papier, il est notamment question de la liaison qu’entretient l’homme politique avec la journaliste, mais aussi de l’appartement, « payé sur les deniers de Matignon », qui abrite leur amour.

« On n’a pas le droit de divorcer ! »

Naturellement, Marie-France Garaud, la conseillère influente de Jacques Chirac, s’inquiète. Cette romance cachée soit dévoilée dans la presse. Cela ternirait l’image du Premier ministre, d’autant plus que l’article « égratigne sérieusement l’image de bon père de famille de Chirac », précise L’Obs.

Marie-France Garaud contacte alors Henry Chapier. Journaliste au Quotidien de Paris, ce dernier a un réseau qui l’intéresse : « Il connaît toute l’intelligentsia parisienne, artistique et médiatique. Il compte parmi ses proches des dirigeants du Nouvel Obs », peut-on lire dans l’ouvrage Jacques & Jacqueline. Après avoir pris connaissance de la gravité de la situation, Henry Chapier est prêt à aider et empêche la parution de l’article dans la presse.  » J’ai réussi à faire sauter l’écho sur la garçonnière », annonce-t-il.

Toutefois, le soulagement de Jacques Chirac qui a échappé au pire n’est qu’éphémère. En effet, sa conseillère lui demande de choisir entre son idylle avec Jacqueline Chabridon et sa carrière politique. À force de pressions de la part de ses conseillers, Jacques Chirac met ainsi fin à cette liaison extra-conjugale, après un an et demi. « On n’a pas le droit de divorcer ! On peut avoir des histoires, mais il faut toujours revenir à la grotte », aurait-il lancé par téléphone, avant des adieux minutés organisés dans le bureau de Marie-France Garaud.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.