Jean-Pierre Pernaut a passé une période de confinement particulière. Dès les annonces de confinement de la population, il a foncé chez lui et n’en est pas sorti avant un total de douze semaines. Pourtant, seulement six semaines étaient imposées par le gouvernement. Mais aux vues de l’ampleur et de la gravité de la pandémie, et également de l’incohérence des décisions gouvernementales, Jean-Pierre Pernaut n’a pris aucun risque pour sa santé.

Et pendant qu’il s’absentait du plateau, il a eu des coups de sang bien senti, en duplex depuis son domicile. En effet, le gouvernement en a pris pour son grade et cela a fait le tour du web. Cependant, il semblait qu’une guerre ouverte éclatait entre Nicole Belloubet et le journaliste et nous allons revenir sur cette affaire.

Jean-Pierre Pernaut se confinait mais ne perdait pas son tour de parole
C’est Jacques Legros qui a remplacé Jean-Pierre Pernaut durant son absence. Une absence qui n’était pas totale, car le présentateur star du JT de 13H de TF1 s’est vu installé chez lui un studio pour intervenir en fin de journal dans une rubrique spéciale. TF1 s’est donc rapidement adaptée pour permettre à Jean-Pierre Pernaut d’être protégé de la pandémie.

En effet, à 70 ans et avec une opération pour un cancer de la prostate en 2018, le journaliste fait partie des personnes jugées à risques. Ce sont 9 des décès sur 10 qui ont plus de 65 ans et cette tranche d’âge de la population doit donc se montrer particulièrement vigilante.

Rappelons-nous également du contexte du début du mois de mars dernier. Les Français, comme le monde entier, étaient face à une première vague épidémique sans précédents. La panique n’était pas loin et le gouvernement faisait de son mieux pour anticiper. Cependant, la situation est unique et il est alors très difficile de prédire la suite des événements.

Les décès s’accumulaient rapidement et les hôpitaux du Nord de la France étaient surchargés. Le seul moyen à la disposition des gouvernements pour freiner la propagation du virus était alors de confiner la population. C’est donc du 17 mars au 11 mai que les Français ont vu se restreindre drastiquement leurs libertés.

Des annonces gouvernementales exaspérantes

Pierre-Pernaut

Loading...

Mais, pendant cette période, les annonces gouvernementales avaient de quoi donner le tournis. Un fait que Jean-Pierre Pernaut ne s’est pas privé de souligner en montrant un certain agacement. Et ses propos ont fait rapidement le tour du web car il disait tout haut ce que les Français pensaient. Les mesures gouvernementales n’avaient parfois pas de cohérences entre elles et elles étaient également capables de se contredire d’un jour à l’autre. Une situation qui avait le don d’exaspérer la population, déjà mis à rude épreuve.

Les réseaux sociaux ont érigé Jean-Pierre Pernaut en porte-parole symbolique pendant quelques semaines. Après qu’il ait pris le temps de souligner les incohérences que nous avions tous sous les yeux. En effet, pourquoi décider de réouvrir les écoles et leurs cantines alors que les restaurants ne pouvaient pas recevoir de public ?

Pourquoi fermer les petits fleuristes alors que les grandes jardineries restaient ouvertes ? Pourquoi permettre l’ouverture des grandes rues commerçantes et des magasins avant celle des petits coiffeurs ou des petites boutiques de prêt-à-porter ? Autant de lieux qui permettaient malgré eux de grands rassemblements, normalement interdits dans l’espace publique. Jean-Pierre Pernaut ne pouvait pas se taire devant ces faits.

Le coup de sang de Jean-Pierre Pernaut lui attirait les foudres du gouvernement ?

À la suite de ces propos et de la médiatisation mémorable de ces derniers, Jean-Pierre Pernaut ne craignait pas d’être inquiété par le gouvernement. En effet, la liberté d’expression et l’indépendance des journalistes lui permet, en France, de critiquer les choix gouvernementaux. En revanche, les internautes n’étaient pas tous informés de ces lois et ils se sont fait du soucis pour le journaliste. Profitant de la panique ambiante due à la pandémie et à l’inquiétude des fans de Jean-Pierre Pernaut suite à ces propos, des petits malins ont essayé de créer la discorde. Et pendant quelques heures, cela a fonctionné.

En effet, les internantes ont crée un faux compte en se faisant grossièrement passer pour Nicole Belloubet. Avant la démission d’Edouard Philippe et le remaniement ministériel, Nicolle Belloubet était la gare des Sceaux et la ministre de la Justice. Les internantes continuent leur blague en prêtant à cette dernière des propos accusateur envers Jean-Pierre Pernaut. Les personnes derrière ce faux compte ont alors demandé des comptes à Jean-Pierre Pernaut, sur Twitter.

Ils partageaient des messages pour s’indigner qu’un présentateur de télévision puisse attaquer si ouvertement le gouvernement en place. Ce n’est pourtant pas interdit en France puisque nous sommes en démocratie. Mais ce message a laissé planer les rumeurs d’une guerre ouverte entre le gouvernement et Jean-Pierre Pernaut.

Les réseaux sociaux soutiennent Jean-Pierre Pernaut
Par la suite, tout est rentré dans l’ordre. Et avant cela, les internautes ont pris la défense du présentateur. Mais Jean-Pierre Pernaut n’a pas cessé de mettre en garde les Français. En effet, même après le 11 mai, il portait un t-shirt sur lequel les téléspectateurs pouvaient lire « Restez chez vous ». Bien qu’aucune menace du gouvernement à l’encontre de Jean-Pierre Pernaut n’existe, les Français ont réagi pour le soutenir. Aujourd’hui, il a été voté la personnalité préférée des Français.

De retour depuis le 8 juin, Jean-Pierre Pernaut a repris sa place en plateau. Mais il repartira déjà le 11 juillet pour prendre des vacances d’été. Et comme à chacune de ses absences, le public va se demander si il se porte bien. En effet, les absences de Jean-Pierre Pernaut inquiète ses fans beaucoup plus qu’avant. Dans ce contexte pandémique, et le sachant à risque, le public de Jean-Pierre Pernaut imagine le pire. Sans céder à l’angoisse ou à la panique, il est effectivement nécessaire de continuer de se montrer vigilant. Car le confinement pourrait survenir encore à l’avenir si une deuxième vague de contagion arrive sur le territoire. De plus, l’OMS affirme que le monde traverse une de ses périodes de crise sanitaire les plus graves à l’heure actuelle.