Valéry Giscard d’Estaing âge de 94 ans, est accusé par la journaliste allemande Ann-Kathrin Stracke, 37 ans, d’agression sexuelle

Le 6 mai dernier, le journal du Monde avait révélé que. L’ancien président français (de 1974 à 1981), Valéry Giscard d’Estaing, 94 ans faisait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle. Une journaliste allemande prénommée Ann-Kathrin Stracke, 37 ans. Accuse l’ancien président de la République de lui avoir posé la main sur les fesses. Les faits remonteraient au 18 décembre 2018. Et se seraient produits lors d’une interview dans le bureau parisien du boulevard Saint-Germain de l’ancien Président. La plainte a été adressée au parquet de Paris le 10 mars dernier.

Plus d’un mois après les accusations de la journaliste, Valéry Giscard d’Estaing est sorti du silence. Mercredi 17 juin, l’ancien Président était invité au micro du RTL. Valéry Giscard d’Estaing a affirmé que « tout cela est grotesque ». En ajoutant toutefois que « les médias européens et français ont été corrects ». « C’est une allusion, un événement qui se serait produit il y a deux ans, qui aurait été un geste, dont personne n’a gardé de souvenirs », a ajouté l’ancien chef d’État, aujourd’hui âgé de 94 ans.

Valéry Giscard d’Estaing « pas blessé » et « heureux »

Valéry Giscard d’Estaing n’a pas mâché ses mots, et a fustigé la reporter allemande âgée de 37 ans, qui selon lui est « quelqu’un qui cherche à se donner, un rôle, une importance qu’elle n’a manifestement pas », avant de rajouter : « qui j’espère vont lui être retirés ». Thomas Sotto a alors tenu à savoir si l’ancien président de la République a été blessé par les accusations. Ce à quoi le principal concerné a répondu par la négative. « J’ai trouvé que c’était grotesque, et le grotesque ne me blesse pas », a-t-il rétorqué, en précisant être « heureux » à l’heure actuelle. Suite à la plainte d’Ann-Kathrin Stracke, qui travaille pour la chaîne publique WDR. Et qui est soutenue par son employeur, une enquête a été ouverte le 11 mai dernier.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.