Le livre « Finding Freedom » met en relief l’opportunisme patent et récurent de Meghan Markle.

Le livre « Finding Freedom » n’en finit pas de nous livrer des secrets sur le couple formé du Prince Harry et surtout sur le caractère des son épouse Meghan Markle.

Cette  personnalité dont nous avons effleurés certains contours en détectant la prédominance de ses propres intérêts et de sa quête d’une surbrillance médiatique et artistique aux dépens de son époux qui a, pourtant, consenti à tout abandonner, même ses privilèges royaux, pour la rendre heureuse.

L’ouvrage met ainsi en relief cet aspect égocentrique de Meghan Markle que la Reine Elizabeth II et son petit-fils, le Prince William ont tôt fait de relever.

Calculatrice, la désormais Duchesse de Sussex a mis, selon le livre en question, le grappin sur le jeune Harry pour profiter de ses titres royaux, afin d’avoir le monopole et surtout pour assouvir ses intérêts, si l’on croit cet ouvrage.

Elle a d’abord conditionné le Prince Harry pour qu’il se mette au banc de la Famille Royale, voir en y faisant montre de sa sédition, en décidant d’abandonner son titre Royal et à s’exiler à Los Angeles au grand dam de sa grand-mère, son père et son frère.

L’ouvrage ne cite pas, néanmoins, un épisode malheureux de la vie de jeune du Prince Harry, disons plutôt une aventure malencontreuse, quand, en 2005, il s’était affiché dans, ce qui a été un comble de provocation, avec un uniforme nazi. Et même s’il s’était excusé pour ce déguisement scandaleux arbhoré lors d’une soirée privée, cet épisode a certainement laissé des traces indélébiles que Meghan Markle a probablement mis à profit pour exacerber son éloignement de sa famille et son départ du Royaume.

Le « caractère opportuniste » de Meghan Markle  est aussi décrié par Ninaki Priddy, la meilleure amie de l’épouse du Prince Harry depuis qu’elles avaient l’âge de 2 ans, avant d’entrer en conflit à l’âge de 30 ans.

Priddy, dans un témoignage accablant, a décrit son ancienne amie intime comme une « manipulatrice froide » ayant, par opportunisme, changé ses plans initiaux en programmant de se séparer de son ancien mari, Trevor Angelson, alors qu’elle promettait d’avoir au départ des enfants avec lui et ce, quand elle a compris qu’il ne correspondait plus à ses ambitions.

Venant s’il est vrai de son amie d’enfance et aussi de Jessica Mulroney, par ailleurs son amie intime d’antan avant qu’elle ne coupe les ponts avec elle, on en vient à se demander jusqu’à quand le Prince Harry résistera à cette situation, quand on sait que, ces derniers temps, la rumeur lui prête une certaine lassitude par rapport à son rythme de vie en Californie et une certaine nostalgie vis-à-vis de sa famille; face à une épouse qui chercherait à mettre à profit son titre Royal pour se frayer un chemin et imposer sa présence à Hollywood.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.