À l’approche de son remaniement, Emmanuel Macron songerait à nommer Nathalie Kosciusko-Morizet au sein du gouvernement. Reste à savoir à quel poste.

Viendra ou viendra pas ? Ces derniers jours, alors que le remaniement approche à grands pas, le nom de Nathalie Kosciusko-Morizet aurait été évoqué à de nombreuses reprises. Cette femme de droite à la fibre écologiste, comme le souligne Le Figaro Magazine aurait déjà des aficionados. « Emmanuel Macron a une dette à son égard », indique un proche du président de la République avant d’ajouter : « Battue aux législatives de 2017, elle n’est pas entrée au gouvernement. »

Mais la supposée nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet n’est pas au goût de tous. « Attention, nommer NKM, c’est fermer les discussions avec Sarkozy. Elle était son numéro deux chez les Républicains et s’est présentée contre lui à la primaire », prévient un informateur cité par nos confrères. Quoi qu’il en soit, Nathalie Kosciusko-Morizet ne devrait pas être nommée à Matignon mais à la tête d’un grand ministère. Pour replacer l’actuel locataire de Matignon, Édouard Philippe, les noms de Le Drian – qui a failli claquer la porte du gouvernement – et Le Maire ont filtré.

Un remaniement dès ce lundi 29 juin ?
En attendant, les ministres d’Édouard Philippe restent dans l’angoisse de ce remaniement duquel on ne sait presque rien. Nos confrères du Point révélaient ce vendredi 26 juin que des cartons avaient été récemment livrés dans certains ministères. L’hebdomadaire ajoute que le président de la République pourrait annoncer « à tout moment » son remaniement à partir de ce lundi 29 juin, lendemain d’un second tour des élections municipales. « Techniquement, un remaniement est possible dès cette semaine, même si ce n’est pas l’option la plus confortable », confirme la présidence au Point, faisant référence à l’agenda des plus chargés du chef de l’État.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.