Le confinement a généré le déplacement de plus d’un million de parisiens dans les provinces et les campagnes. Sophie Davant, que l’on sait très active, n’a pas attendu le coup de sifflet de départ et a préféré passer la période de confinement dans sa résidence secondaire de Normandie. L’animatrice qui s’est réfugiée en Normandie, au bord de la mer, où elle se voit contrainte à une pause forcée, a enregistré de nombreuses émissions qui sont actuellement diffusées sur France 2.

L’épidémie de Coronavirus touche actuellement toute la France. Pour tenter d’endiguer sa progression, le gouvernement français a alors décidé de confiner toute la population chez elle. Le virus ne fait d’ailleurs pas de distinction, de nombreuses personnalités sont aujourd’hui touchées. A l’ehure actuelle, on dénombre plus de 9000 décès en France.

Et si certaines émissions continuent d’être tournées mais sans public, comme c’est le cas de TPMP sur C8, d’autres par contre sont complètement à l’arrêt. C’est le cas notamment d’Affaire Conclue qui a cessé ses tournages pour le moment. Et l’animatrice ne serait d’ailleurs plus à Paris.

 

La production a quelques épisodes d’avance qu’elle continue à diffuser. Les téléspectateurs sont parfois choqués par le comportement hautain de l’animatrice. Les critiques fusent sur les réseaux sociaux. Sophie Davant n’est pas épargnée par les commentaires négatifs. Parfois même mes critiques sont émises par d’autres animateurs.

« Quand je lis que La lettre de Sophie Davant est un triomphe, je me pose des questions, avait-il pesté.. Nous, quand on faisait le même score, on se faisait engueuler », avait-il glissé Patrick Sébastien, récemment évince de France 2, qu’il a décidé d’attaquer en justice. Une téléspectatrice de l’émission a d’ailleurs écrit avec beaucoup d’ironie : « Très bien élevée et polie, Sophie Davant a le don de savoir mettre les vendeurs à l’aise ».

D’ailleurs récemment, l’heureuse maman de deux enfants a indiqué qu’elle était bouleversée en lisant certains commentaires à son sujet. « Certaines critiques me rendent malade, notamment quand on me dépeint comme quelqu’un de malveillant ». Sur le site 20 Minutes, elle confie au sujet des réseaux sociaux :

« Je m’y suis mise, mais je n’en suis pas dingue. Je me contente d’Instagram, parce que c’est le moins pire. Je ne veux pas être esclave de tout ça ».