Le 25 août dernier, Tariq Ramadan annonçait sur sa page facebook l’ouverture d’un établissement spécialisé en humanisme, féminisme et éthique.

Tariq Ramadan montre qu’on peut réaliser ses projets quelques soient les conditions. En effet, le professeur étant mis en examen pour viol décide tout de même de construire un établissement spécialisé dans : religion, spiritualité etc. Ouvrira « si Dieu le veut » mi-octobre. Le centre aura « plus de douze enseignants » encadrer les inscrits. En « distanciel » comme en « présentiel ».

Tariq Ramadan : « Aller à Dieu, c’est revenir à soi »

Ramadan décrit le début de sa création par la « notion de Chifa ». Cette dernière « renvoie aux différents domaines de la pensée humaine et nous invite à penser le Tout autant que la partie, la Création autant que l’être humain, les sociétés autant que l’individu ». L’établissement aura pour but, « par son programme de recherche et d’enseignement », de « contribuer à l’élaboration d’une réflexion autour des thématiques » du Centre.

D’autre part, les bénéficières s’engageront à la « pleine santé »). « Revenir à soi, aux premières années de son existence, considérer ce que l’on nous a transmis, les déséquilibres douloureux autant que les saines aspirations, les blessures autant que les joies, les manques autant que les dons », confie le professeur. En clair, « chercher son équilibre et, sans être « malade », s’attacher à « guérir » de ses fêlures, de ses manques et de ses dysfonctionnements apparents et cachés ». Un parcourt qui accordera une place à la religion : « Aller à Dieu, c’est revenir à soi : la guérison est ce retour et cette quête ».
Tariq a un autre projet concernant : »L’univers carcéral, les migrants et l’éducation des plus démunis ».

Islamiser le France coûte que coûte

Depuis 1990, Tariq fait le tour de la France pour des conférences entre politique et théologie. Il en profite pour manipuler les jeunes désorientés.
Accusé pour quatre faits qu’il nie, le « professeur » a comparé « l’affaire Ramadan » et « l’affaire Dreyfus ». Il publie le 10 septembre. « ce que l’on attaque, ce n’est pas simplement un homme, c’est un message. Nous ne nous excusons pas d’être musulmans. Nous avons les mêmes droits, nous exigeons la même justice ».
Tariq avait assisté en 2019 à une conférence sur les violences faites aux femmes.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.