Antoine Choteau s’est fait remarquer par sa  guerre ouverte contre un candidat à la mairie du Touquet, il l’a insulté sur les réseaux sociaux. Sa cible a porté plainte, mais il assume tout.

« Sous un pseudonyme « Tonio Chotal » qui ne trompe personne, Antoine Choteau, gendre du Président de la République, m’insulte sur les réseaux sociaux (« Des pigeons… et un connard… »). Pas très élégant. En espérant que LREM se ressaisisse dans le cadre des municipales du Touquet afin que l’on ait un débat digne de notre station ». C’est le message qu’a envoyé le député Daniel Fasquelle, candidat LR à la mairie du Touquet, ce 18 juin, sur Twitter, à l’attention d’Antoine Choteau.

« Je le dis clairement, je déteste Daniel Fasquelle »

Candidat des Républicains aux élections municipales du Touquet, Daniel Fasquelle s’est indigné contre un de ses plus féroces opposants. il s’agit d’ Antoine Choteau mari de Tiphaine Auzière, connu sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de « Tonio Chotal », il a déclaré « je persiste et signe, vous êtes un connard », tout en indiquant dans les colonnes des Echos du Touquet, que son message n’avait rien de politique. Il a en effet expliqué : « Que les choses soient claires, je ne suis militant nulle part, la politique ne m’intéresse pas. Ce que fait ma compagne politiquement la regarde, pour moi c’est du temps perdu. Je le dis clairement, je déteste Daniel Fasquelle pour des raisons totalement différentes ».

La brouille entre les 2 hommes remonte à 2013, date des obsèques du papa d’Antoine Choteau, qui est une personnalité du Touquet. Ce jour-là, il se souvient que l’homme politique avait parlé pendant 30 minutes et d’avoir « volé la cérémonie » aux enfants du défunt. Ce que le député maire conteste vivement, assurant sur Twitter qu’Antoine Choteau est aveuglé par sa douleur.

Finalement pour clore l’incident, le gendre de la première dame a préféré présenter ses excuses. Dans une lettre transmise aux Echos du Touquet, il a annoncé : « Je tenais à vous présenter mes plus plates excuses pour les odieux propos que j’ai tenu à votre égard. Un homme d’une telle probité ne méritait pas cela (…) vous faites parti de ces hommes d’exception comme l’ont été un De Gaulle ou un Clemenceau et vous marquerez la politique française à jamais comme eux, j’en suis sûr ! » Et de conclure : « Je m’en veux énormément de vous avoir manqué de respect, vous êtes un grand de ce monde monsieur Fasquelle, un très grand ! ». Libre à vous de questionner sa sincérité…


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.