Valéry Giscard d’Estaing résidait dans son hôtel particulier parisien lorsqu’il a été transporté à l’hôpital pour une infection respiratoire ce lundi 14 septembre. Mais qu’est devenu le château de la Varvasse, la propriété familiale en Auvergne ?

Valéry Giscard d’Estaing et la vie de château

L’incertitude règne aujourd’hui sur l’état de santé de Valéry Giscard d’Estaing, admis en service de réanimation ce lundi 14 septembre à cause d’une infection respiratoire. Tout juste sait-on qu’il ne s’agit pas du coronavirus. Son cabinet a fait savoir mardi 15 septembre qu’il se sentait bien. L’ancien président de la République résidant durant la semaine à son domicile parisien, il a été transporté par le Samu à l’hôpital Georges-Pompidou, dans le XVe arrondissement. Car, à 94 ans, l’ex chef de l’Etat a la bougeotte et passe son temps entre ses différentes résidences.

Pour assister aux séances du Conseil constitutionnel et de l’Académie française, il passe ses semaines à Paris. Mais le week-end venu, Valéry Giscard d’Estaing file vers le Val de Loire, où son épouse Anne-Aymone possède un château, situé dans la commune d’Authon dans le Loir-et-Cher. C’est d’ailleurs dans cette propriété familiale que le couple a passé son confinement. Plusieurs fois par an, l’ancien président met également le cap vers son château d’Estaing, dans l’Aveyron. Il l’a acheté en 2005 avec son frère Olivier et leur cousin Philippe.

La propriété familiale vendue


La vie de château, Valéry Giscard d’Estaing la pratique depuis son plus jeune âge puisqu’il a longtemps possédé une autre fastueuse propriété, située cette fois en Auvergne dans le fief familial. Le château de la Varvasse, à Chanonat dans le Puy-de-Dôme, a été acheté par son père en 1936. Depuis, il est resté dans le clan Giscard d’Estaing durant des décennies.

Mais la demeure du XVIIIe siècle, avec ses 1300 m2 et son parc de 13 hectares, est difficile à entretenir. En 2004, il décide donc de mettre en vente cette propriété classée monument historique en 1995.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.